puisque mes petits paquets ne semblent pas pressés d'arriver...

Soyons claires dès le début : je ne suis pas du tout une spécialiste de la question. Et c'est précisément parce que je me trouvais un peu perdue devant ma machine que j'ai saisi l'occasion de prendre un cours dès qu'elle s'est présentée. La chose s'étant avérée fort bénéfique, je vous propose de vous en faire un petit résumé en quelques posts. (ça pourrait peut-être aider quelques unes à franchir le pas ou à optimiser l'utilisation de la leur...)

  • Une surjeteuse, c'est quoi ? La mienne ressemble à ça :

IMG_5874

  • Comment ça marche ?

4 bobines, 2 aiguilles, 1 couteau, 4 molettes pour régler les tensions, 1 différentiel... Tout ça permet de surfiler, assembler et couper le tissu en une seule opération, mais une surjeteuse offre également d'autres possibilités...

En fait, en fonction du nombre de fils enfilés, des différences de réglages des tensions, de longueur/largeur de points on a des fonctions bien différentes.

Il faut noter également que le différentiel au niveau de l'entraînement permet de coudre parfaitement les jerseys et autres tissus extensibles (les coutures tiennent le coup et ça ne "godaille" pas) ainsi que les toiles raides - genre taffetas - et là, ça ne fronce plus.

Enfin, on peut faire des roulottés qui sont d'une finition impeccable et souvent préférables à certains vilains ourlets.

Honnêtement, on peut se passer d'une surjeteuse quand on a une machine à coudre alors que l'inverse n'est pas possible, mais franchement, quand on a goûté à ce type de travail, on a du mal à envisager de s'en passer.

  • 4, 3 ou 2 fils ?

Avec 4 fils, on a 2 zig-zag (dessus et dessous) ainsi qu'un fil sur l'aiguille de gauche qui fait la couture d'assemblage et un fil sur l'aiguille de droite qui fait la couture de renfort.

Avec 3 fils, on a toujours les 2 zig-zag ainsi qui le fil de l'aiguille de droite. Dans ce cas, on fait des surfilages impeccables (pour les coutures qui doivent être ouvertes) ou des roulottés.

Avec 2 fils, on a le zig-zag de dessous et l'aiguille de droite, et on fait des surfilages sur les tissus qui ne s'effilochent pas trop ou bien des roulottés qui sont particulièrement jolis avec des grands points. Enfin, on peut faire un point dit Flatlock qui permet d'assembler deux tissus avec une couture plate et à points apparents.

  • Sinon...

Il est ABSOLUMENT PRIMORDIAL d'effectuer des tests pour régler convenablement les tensions. C'est indispensable pour obtenir un bon résultat.

J'ai été amenée à me pencher sur des questions de genres et de qualités de fils, et là, il y a de quoi creuser longtemps...

Il existe tout un tas de pieds qui permettent encore plein d'autres possibilités (pied fronceur, pied pour poser l'élastique, pied à passepoil, à cordons...)

Voilà, ça va être tout pour cette fois, et demain (ou un autre jour... ) je vous montre ce que ça donne.

(en coupant mon post en petits bouts, je ne cherche pas à vous tenir en haleine, c'est juste une question de temps imparti... et Bribri, si tu passes par là et que tu as des remarques, ou si j'ai dit une grosse bêtise, vas-y !)